Deux poids plumes ne pèsent pas lourd

Un mythe parmi d’autres, en faveur de l’annexion de Moutier au Jura, est entretenu par le camp séparatiste : le vote des Prévôtois compterait enfin. Sept sièges nous seraient garantis au parlement cantonal. Rétablissons la vérité. Toute la vérité.

Pour que Moutier soit représentée à Delémont, la ville devrait disposer de son propre cercle électoral. Au mieux, sur les sept élus, trois pourraient être réticents au nationalisme jurassien. D’autre part, un cercle électoral pour Moutier disparaîtrait après cinq ans, selon la volonté du gouvernement et de la majorité des partis jurassiens qui préfèrent un cercle cantonal unique, afin, disent-ils, de «faciliter l’intégration de Moutier» (sic). Deux conséquences en découleraient: aucune représentation ne serait plus garantie à Moutier et, dans l’hypothèse où un ou plusieurs Prévôtois seraient élus, ce serait par l’ensemble des électeurs du Jura et non par les Prévôtois! Ils ne représenteraient donc pas les intérêts de la ville, mais ceux de la majorité politique cantonale. Le vote prévôtois ne compterait que pour 10%. Ce serait évidemment un moyen sûr d’éliminer toute opposition. Pour les nationalistes aux commandes, «intégrer» un territoire conquis, c’est le soumettre sans condition. Prévôtois toujours? Tu parles!

L’influence sur le plan fédéral ne pèserait pas plus qu’une fraction de celle du Jura, qui n’est lui-même qu’un poids plume. Qu’est-ce que Moutier pourrait bien obtenir de la Confédération? Un opéra? Un CHU? Une EPF? Ce qui est certain, c’est qu’en se coupant de sa région, de son CJB et d’un canton qui compte, Moutier serait en fait politiquement étouffée. Et ce n’est pas en lui concédant le statut loufoque de «ville-centre» en l’enclavant en périphérie d’un canton perfusé, qu’on lui permettra une «vraie relance».

Disons NON aux illusionnistes séparatistes. Votons NON le 28 mars!

Georges Greppin, Moutier

19 Mars 2021