Jeanbourquin

L’intérêt de certains Jurassiens du nord pour Moutier est celui du serpent pour la marmotte. De proie, notre ville est devenue trophée à leur vue déformée par des décennies de conditionnement idéologique. Avec une cinquième colonne naïvement accueillie, ils sabotent et détruisent ce qui avait fait de Moutier une petite ville industrieuse et conviviale. Ils ont importé la subversion, la division et la haine.

Après avoir falsifié l’Histoire, les marionnettes du MAJ distordent le sens des mots. Un Taignon voit la démocratie comme un système politique assurant la majorité aux séparatistes. Est intégriste qui persiste à n’être pas converti. User de droits de recours est antidémocratique… sauf à Belprahon. Nous serions «inféodés» parce que nous ne sommes pas, comme lui, assujettis au MAJ. Il nous dits bornés parce qu’il ne peut imaginer que nous ne VOULONS pas être annexés au canton du Jura, dénaturés et enclavés chez nous. Il diffame en disant que nous «suscitons la violence». Il ment quand il affirme que les recours sont infondés. Il calomnie en prétendant que la préfète est aux ordres. Il nous reproche de nous adresser à nos élus, alors que la collusion est permanente entre les autorités séparatistes de Moutier, le gouvernement jurassien et le MAJ.

Il en arrive fatalement à cette conclusion: que ceux qui résistent à l’annexion «fassent leurs paquets et déguerpissent», version séparatiste de «la valise ou le cercueil». L'auteur de cette insanité voudrait chasser de leur ville des Prévôtois au profit de colons nordistes. Ailleurs, on appelle ça «épuration ethnique». Quand on «cumule concrètement» fanatisme, bêtise et cynisme, on obtient cette prose colonialiste et fascisante. Nous, nous résistons!

Maxime Jeanbourquin A propos de l'attitude des probernois.png

1 Janvier 1970