Robert Fleury déconne...

Le Vadais Robert Fleury déconne et se mêle de nos affaires...

Robert Fleury.jpg

... on lui répond!

Muriel Käslin à Robert Fleury.jpg

A PROPOS DE MOUTIER

Le courrier de Robert Fleury respire la mauvaise foi en distordant les faits et les mots. Il prétend que «le cas du Laufonnais s’est réglé démocratiquement en dépit ou à cause des caisses noires»! Or, s’il y a eu un second vote au résultat inverse du premier(!), c’est, comme à Moutier, suite à une décision judiciaire. Recourir contre un scrutin serait donc démocratique de la part de séparatistes, mais, quand leurs adversaires en font autant, il s’agit de «personnes qui haïssent [sic] la décision du corps électoral parce qu’elle ne correspond pas à leur opinion». Appeler à continuer le combat après chaque vote favorable au maintien de Moutier dans son milieu, c’était donc un signe de «respect des décisions prises démocratiquement». Après avoir redéfini à sa sauce les «règles du droit» et fait référence au mythe du «scrutin le plus surveillé de l’histoire de la Confédération», il récrit le passé en faisant de Moutier «la cité historique» de la «terre ancestrale» des ressortissants jurassiens qui s’y sont installés. Rien que ça. Il nous accuse même de reprocher à ceux-ci «d’être établis à Moutier». Mensonge éhonté. Ce que nous disons, c’est que beaucoup de ces ressortissants ont gardé leurs racines et leur esprit dans leur milieu d’origine, le canton du Jura, qu’ils ont une identité dont ils se réclament qui n’est pas prévôtoise, qu’ils sont communautaristes et n’ont pas de légitimité pour arracher notre ville à son milieu et l’annexer au leur! Vivre et élire à Moutier, oui! Décider de son appartenance politique, non!

Moutier-Résiste

1 Janvier 1970