Les Prévôtois ne doivent pas se résigner

Il ne faut pas se laisser abuser par l’image de calme retrouvé que les médias donnent de Moutier. Le vote du 28 mars a démontré que près d’un Prévôtois sur deux ne veut pas d’un rattachement de sa commune au Jura. Tous les dommages qui en résulteront ne sauraient être légitimés par une majorité de 374 voix.

Si ce vote nous a surpris, certaines rumeurs provenant du camp séparatiste ont rapidement démontré que la campagne précédant le scrutin était parfaitement inutile. A quoi peut servir une confrontation d’idées et d’arguments, alors que le camp adverse jouait dans un autre registre ? C’est par une immigration sournoise réalisée avec maestria que la population du lieu a été submergée et non par un idéal. Ce procédé ne peut être le fait que d’un mouvement disposant de grands moyens vraisemblablement d’origine extra-communale. Il est clair aussi qu’une administration municipale loyale envers tous ses concitoyens aurait éventé ce stratagème sitôt tenté.

Le mal qui ronge votre ville est profond. Il remonte aux années qui ont suivi le 3e plébiscite. A l’époque confiante, la majorité antiséparatiste, ignorant les avertissements venant de ses rangs, a été magnanime. Elle a nommé sans y regarder de près des employés, des enseignants, des fonctionnaires etc. Elle a élevé ainsi un serpent en son sein. Les années passant, les forces occultes ont gagné en force et dès 1981 lors d’élections communales truquées le mouvement séparatiste a investi progressivement tous les rouages de la municipalité.

Mais le séparatisme ne s’est pas contenté du pouvoir, il a voulu remodeler le passé de la cité à son idéologie. Le monument rappelant le traité de combourgeoisie avec Berne dérobé en 1986 était un témoin trop évident des liens de la cité avec la République. C’est justement ce qui différenciait et différencie toujours la Prévôté de Moutier-Grandval du canton du Jura. On comprend d’autant mieux le matraquage du slogan « Moutier retourne à la maison » pour masquer le rapt de la ville. Une militante, Prévôtoise de relativement fraîche date, est allée jusqu’à affirmer que Moutier était une commune catholique. Et que dire de l’intox menée jusque dans un périodique d’histoire et même dans un grand quotidien romand où un journaliste s’est permis des allusions totalement déplacées pour justifier ce vote infâme.

Prévôtois, vos adversaires s’en prennent à votre identité, à votre culture, à tout ce qui fait votre personnalité. Ne subissez plus, dénoncez ces manipulations qui n’ont pour but que de vous museler à défaut de vous asservir.

La situation est injuste nous le savons tous. C’est pourquoi vous ne devez pas vous résigner. Une victoire si malignement acquise ne doit pas profiter aux vainqueurs. L’ouverture d’une souscription pour remplacer la stèle de 1936 pourrait être un premier acte de résistance.

Vous anti ou non-séparatistes devez rester unis et attentifs. Ne fuyez pas le pays mais relevez la tête. Veillez et dénoncez ceux qui se sont prêtés à cette immigration coupable. Vous agirez en citoyens responsables. Il est parfaitement légitime de lutter contre la subversion qui va mettre Moutier dans une position absurde.

Pierre-Alain Némitz, Bévilard

(Texte publié dans La Semaine et le Journal du Jura)

19 Octobre 2021