Etat de panique

Le tout-ménage particulièrement réussi de Moutierplus, a manifestement semé la panique dans le landernau séparatiste! Quoi? Comment? Ainsi, il se pourrait que Moutier ait un avenir dans sa Prévôté? Les Prévôtois auraient-ils donc une vision positive, optimiste et motivante du développement de leur ville, sans même devoir avaler la pilule annexionniste? Au secours! Que faire devant la menace d’une solution ouverte et constructive, envisagée hors du jardinet d’Eden d’outre Roche St-Jean? Faillite de toute une classe politique qui a mis sa crédibilité en jeu, faillite du clan qui s’obstine à déconstruire Moutier et, pire encore, fin du problème séparatiste. Insupportable!

Faute d’arguments et de projets à opposer aux auteurs du flyer, on s’inspire du «Jura Libre» et on les dénigre. Pour y parvenir, on mobilise le ban et l’arrière-ban d’auteurs de lettres de «lecteurs» aux ordres, on mixe le tout et on convainc un média régional acquis à «la cause», de distribuer la soupe gratuitement. Qu’en ressort-il? Séduite par la teneur nouvelle et optimiste du tout-ménage, une activiste séparatiste notoire réalise - oh horreur! - qu’elle a failli se laisser prendre par des propositions réalistes et constructives ne provenant pas de son officine favorite. C’est d’ailleurs sans doute pour cette raison qu’elle a compris: invraisemblable qu’autant d’idées positives et motivantes émanent de l’arrière-boutique séparatiste! Il fallait réagir, et vite. On passe donc un weekend à distribuer les devoirs aux écrivains de circonstance et on envoie la sauce assaisonnée de fiel, de duplicité, d’affirmations gratuites, d’autosuggestion et d’idées rances. Pathétique !

Peut-être ces porte-plumes séparatistes manquaient-ils d’encre. Toujours est-il qu’ils ont omis l’essentiel: Moutier est libre et entend le rester. Sa population est active, entreprenante, confiante en ses ressources et en ses propres forces. Nul besoin d’une mise sous tutelle en échange d’une aumône qui «récompenserait» peut-être la soumission au conquérant et à son drapeau. Non! Nous voulons nous affranchir de cette idéologie importée qu’est le séparatisme, des divisions qu’il a engendrées, de la perspective sinistre d’un déracinement et d’un isolement contre nature, sans autre perspective qu’une annexion aberrante et mortifère. En Prévôté, nous n’avons pas que nos racines. Nous y avons notre âme, notre culture industrielle, notre esprit d’entreprise, notre quête viscérale du progrès. Pourquoi choisirions-nous une régression assurée plutôt qu’une progression programmée? Pour une fiction historique et un mythe identitaire?

8 Novembre 2020