Réactions de MR et MP au Conseil municipal

Ces communiqués de Moutier-Résiste et de Moutier-Prévôté sont une réaction à celui du Conseil municipal dont vous pouvez prendre connaissance sous le menu "More" puis "Bêtisier municipal"

Communiqué de presse

Réaction de Moutier-Résiste

Le 26 juin 2018, la majorité séparatiste du conseil municipal de Moutier a diffusé un communiqué sous l’intitulé trompeur de « Réaction du Conseil municipal ». Après s’être donné « le temps de la réflexion », les auteurs attaquent violemment M. Michel Walthert, ancien vice-chancelier du canton de Berne, en lui reprochant de prétendus « dérapages ». Leur contrebraquage les a fait sortir de la route.

Lorsque M. Walthert déclare ne pas supporter les tricheurs, les conseillers municipaux séparatistes se sentent aussitôt mis en cause. On se demande bien pourquoi, M. Walthert ne les ayant même pas évoqués.

Ils accusent ensuite M. Walthert de n’être pas démocrate parce qu’il ose, comme beaucoup d’autres, exprimer des doutes quant au résultat du scrutin. En bons démocrates qu’ils sont, eux, et en toute objectivité, bien sûr, ils lui intiment de le reconnaitre. Mieux, selon eux, en exprimant son opinion personnelle, il s’ingérerait dans la procédure en cours. Etrange conception du droit et de la liberté d’expression. Et que font-ils, eux, maire en tête, en ressassant mécaniquement que le vote a été « autant surveillé que parfaitement correct », formulation qui peut d’ailleurs aussi bien disqualifier une affirmation que l’autre ? Rappelons que ce sont ceux qui ont été inopportunément chargés de l’organisation du vote, qui le décrètent irréprochable. Est-ce convainquant ? Il faut d’ailleurs émettre un démenti à la légende du « scrutin le mieux surveillé de l’Histoire ». Le plébiscite du 16 mars 1975 était bien mieux sécurisé et surveillé et les ayants droit contrôlés.

Sur leur élan de militants séparatistes, ils s’en prennent ensuite à notre mouvement. Nous aurions fait aux députés du Grand Conseil bernois « une présentation dénaturée, ponctuée de pseudo éléments historiques et de rancunes mal vécues » (sic). Nous joignons à ce communiqué le document remis aux députés. Si un seul fait y est dénaturé, que nos accusateurs le citent. Si un seul élément historique est inexact, qu’ils nous contredisent et, avec nous, les historiens jurassiens. Mais nous ne craignons rien, tout est parfaitement fondé et étayé, ce qu’on ne peut pas dire de leur communiqué.

Il est de leur part « pour le moins éhonté, sinon monstrueux » (sic) de se référer une fois de plus à l’affaire des « caisses noires ». D’abord, parce qu’elles n’ont pas concerné Moutier. Ensuite, parce qu’eux-mêmes ont usé et abusé de ressources communales au profit de la campagne séparatiste et de sa propagande, ce qui coïncide avec la définition des « caisses noires » qu’ils reprochent à Berne.

Pour terminer, ils créent malhonnêtement la confusion entre l’ensemble de la population prévôtoise et la fraction séparatiste qu’ils représentent.

Moutier-Résiste, le 28 juin 2018


Donneurs de leçons

Le groupe Moutier-Prévôté prend acte avec sidération et consternation du communiqué de presse publié par le Conseil municipal de Moutier, suite aux propos tenus récemment par l’ancien vice-chancelier du canton de Berne.

Plus particulièrement, le groupe Moutier-Prévôté constate que le Conseil municipal entend donner des leçons de démocratie à la chancellerie bernoise alors:

  • qu’il a refusé de manière parfaitement illégale de lui transmettre le registre des électeurs, contrairement à ce qui avait été convenu dans les arrêtés démocratiquement pris en prévision de la votation du vote du 18 juin 2017;
  • qu’il nie aux recourants la légitimité de faire usage du droit démocratique de recours contre le résultat du scrutin du 18 juin 2017, n’hésitant pas à dénigrer personnellement les citoyens en étant à l’origine, les qualifiant de grincheux ou mauvais perdants;
  • qu’aucune des motions urgentes démocratiquement déposées par les opposants au transfert de Moutier dans le canton du Jura, et qui manifestement gênent le Conseil municipal, n’a été traitée dans les délais prévus par les règlements communaux.

Le Conseil municipal entend donc visiblement balayer devant toute autre porte que la sienne.

Le groupe Moutier-Prévôté constate également que le Conseil municipal entend donner des leçons d’exercice du devoir de réserve alors qu’il n’hésite pas, pour sa part, à commenter toute étape de la procédure administrative et à clamer urbi et orbi que les recours seraient indigents et sans fondement.

Le cancre serait aussi bien inspiré de travailler ses leçons avant de vouloir en donner.

On ne peut en outre que s’amuser des affirmations du Conseil municipal sur l’absence de tourisme électoral, alors pourtant que des cas concrets et incontestables, touchant des membres dudit conseil, ont été mis en évidence et fort étrangement complètement passé sous silence par les autorités communales.

Apparemment, pour le Conseil municipal, un pieux mensonge n’est pas un mensonge, et une tricherie autonomiste n’est pas une tricherie.

Quoi qu’il en soit, il appartiendra aux autorités administratives et judiciaires, et à elles seules, de statuer sur la régularité du scrutin. Tel est l’objet des recours, dont on doit attendre l’issue. Dans l’intervalle, pour éviter de proférer une telle quantité de contre-vérités et d’absurdités, le Conseil municipal serait bien avisé de s’imposer à lui-même un scrupuleux devoir de réserve. Ne serait-ce que pour tenter de conserver un minimum de crédibilité, si tant est que cela soit encore possible.

Parce que Moutier mérite mieux de ses autorités qu’une telle mascarade d’exercice démocratique du pouvoir...

Le comité de Moutier-Prévôté

Pour tout information complémentaire, P.Rothlisberger porte-parole 078/611 89 14

28 Juin 2018